Select Page

Recherchez

A – Z

Cytokines – Les cytokines sont de petites protéines qui contrôlent la croissance et l’activité d’autres cellules du système immunitaire et des cellules du sang. Lorsqu’elles sont libérées, elles signalent au système immunitaire qu’il doit faire son travail. Les cytokines affectent la croissance de toutes les cellules du sang et d’autres cellules qui contribuent aux réponses immunitaires et inflammatoires de l’organisme.

Cellules dendritiques – Type de cellule immunitaire que l’on trouve dans les tissus, comme la peau, qui déclenche des réponses immunitaires en présentant des antigènes (substances étrangères) sur sa surface à d’autres cellules du système immunitaire pour les activer.

Dendritic cells – A type of immune cell that is found in tissues, such as the skin, that initiates immune responses by presenting antigens (foreign substances) on its surface to other cells of the immune system to activate them.

Les lymphocytes T – Un type de globules blancs qui constituent un élément essentiel du système immunitaire. Les lymphocytes T sont l’un des deux principaux types de lymphocytes – les lymphocytes B étant l’autre – qui déclenchent une réponse immunitaire aux antigènes (substances étrangères) présents dans l’organisme.

Lymphocytes T auxiliaires (lymphocytes Th) – Type de lymphocytes T qui jouent un rôle important dans le système immunitaire, en particulier dans le système immunitaire adaptatif. Lorsqu’ils sont stimulés par un antigène précis (substance étrangère), ils « aident » l’activité d’autres cellules immunitaires en libérant des cytokines, de petites protéines médiatrices qui modifient le comportement des cellules cibles qui, à leur tour, expriment des récepteurs pour ces cytokines. Les sous-ensembles de lymphocytes Th (par exemple, Th1, Th17) produisent différentes cytokines. (Traduction libre depuis : https://www.britannica.com/science/T-cell)

Système immunitaire adaptatif – (ou système immunitaire acquis) : Sous-système du système immunitaire composé de cellules systémiques spécialisées qui traitent et éliminent les agents pathogènes (bactéries et virus, par exemple) ou empêchent leur prolifération. Le système immunitaire adaptatif « se souvient » des agents pathogènes, de sorte que la prochaine fois qu’un agent pathogène connu est rencontré, il peut réagir plus rapidement (c’est ce qu’on appelle la mémoire immunologique). Les anticorps sont un élément essentiel du système immunitaire adaptatif. En ciblant spécifiquement le type d’agent pathogène à l’origine de l’infection, le système immunitaire adaptatif prend le relais si le système immunitaire inné – la première ligne de défense de l’organisme qui ne fait pas de distinction entre les différents agents pathogènes – ne parvient pas à détruire les éléments nuisibles. Pour cette raison, le système immunitaire adaptatif est plus lent à réagir que le système immunitaire inné, mais lorsqu’il le fait, il est plus précis.

Système immunitaire inné – sous-système du système immunitaire qui constitue la première ligne de défense de l’organisme contre les agents pathogènes qui pénètrent dans le corps. Il est parfois appelé système immunitaire « non spécifique » car il réagit de la même manière à tous les types d’agents pathogènes et de substances étrangères. Le système immunitaire inné réagit rapidement, mais sa capacité à empêcher les agents pathogènes de se propager est limitée. Le système immunitaire adaptatif prend le relais si le système immunitaire inné n’est pas en mesure de détruire les éléments nuisibles en ciblant précisément le type d’agent pathogène à l’origine de l’infection. Pour cette raison, le système immunitaire adaptatif est plus lent à réagir que le système immunitaire inné, mais lorsqu’il le fait, il est plus précis.

Contactez-nous